Voyage

Egypte Attractions

Pin
Send
Share
Send


Le site contient les sites touristiques d’Alexandrie - photos, descriptions et conseils de voyage. La liste est basée sur des guides populaires et est présentée par type, nom et classement. Vous trouverez ici les réponses aux questions suivantes: que voir à Alexandrie, où aller et où sont les lieux populaires et intéressants d'Alexandrie.

Église copte

Les coptes professant la religion chrétienne sont les véritables gardiens de la culture antique égyptienne, ses fondements antiques principaux - la langue et la foi.

Le fondateur de l'église copte était saint Marc l'apôtre. Il est arrivé en Afrique entre 47 et 48 ans et a prêché dans la capitale de l’Égypte, Alexandrie. En 69, Saint-Marc mourut après avoir subi de graves tourments des Romains. Les Coptes vénèrent Saint Marc comme leur premier patriarche. Une particule de ses saintes reliques est maintenant stockée dans une église copte à Alexandrie.

Catacombes Kom El Shukafa

Si ce n’était pas un hasard, les gens ne découvriraient probablement pas ce qui se passe sous leur pied. Dans le lointain 1900, un âne avec une lourde charge est soudainement tombé sous terre. Et pendant que les locaux le sortaient, ils ont découvert un puits de plus de 30 mètres de large.

C'est un véritable labyrinthe de plusieurs niveaux et couloirs. Les scientifiques pensent que l'endroit était initialement destiné à reposer les membres d'une famille, mais avec le temps, des représentants d'autres familles nobles ont commencé à être enterrés ici. Dans les salles préservées des peintures, combinant les anciennes traditions égyptiennes, romaines et grecques. Au fait, non loin des catacombes, se trouve un autre monument: la colonne de Pompée.

Quelles curiosités d'Alexandrie avez-vous aimé? A côté de la zone photo, il y a des icônes en cliquant sur lesquelles vous pouvez évaluer tel ou tel endroit.

Amphithéâtre d'Alexandrie

L'amphithéâtre romain d'Alexandrie fait partie de la galaxie de monuments qui constituent l'héritage non seulement de l'Égypte, mais du monde entier. Ce grandiose bâtiment a été ouvert au regard des archéologues qui étudient l’histoire du monde antique, il ya seulement un demi-siècle.

Malheureusement, seule une partie du monument a survécu jusqu'à nos jours. Cependant, même grâce à ces fragments, les scientifiques ont pu déterminer qu'il avait été construit environ au deuxième siècle de notre ère. Les formes architecturales dans lesquelles l'amphithéâtre est fabriqué sont traditionnelles pour tous les anciens bâtiments romains. Chaque pierre posée dans les murs de cette structure monumentale est parfaitement conçue et parfaitement ajustée à une autre pierre du même genre.

Maintenant, il est assez difficile d’imaginer qu’il ya plusieurs siècles, les luttes légendaires de gladiateurs s’y déroulaient, que les grands esprits de l’antiquité racontaient leurs dernières découvertes et que les philosophes lisaient leurs travaux scientifiques. L'amphithéâtre romain reconstruit fait maintenant partie d'un grand musée à ciel ouvert. Les touristes qui décident de visiter ce musée, en plus de l'amphithéâtre, peuvent voir plusieurs blocs de pierre géants, à partir desquels une des sept merveilles du monde a été construite - le phare de Faros, une statue féminine de 6,5 mètres de haut, de nombreuses images sculpturales de personnages nobles en granit et basalte, statues sphinx assis.

En mode photo, vous pouvez visualiser les sites d'Alexandrie uniquement à l'aide de photographies.

Montazah Park

Le parc pittoresque de Montazah est un endroit idéal pour se détendre et profiter. Il est cassé à terre

de la mer, donc, il combine d'excellentes plages et de belles ruelles, plantés de casuarina de conifères, de pins méditerranéens, de dattiers et de ficus. Il est bon de s'y promener en admirant les statues antiques, les étangs et la végétation tropicale.

Le parc de Montazah est situé à la périphérie est d'Alexandrie, sur les rives d'une petite baie accueillante. Du centre-ville à lui environ dix-sept kilomètres. Le parc couvre près de 150 hectares. Le parc de Montazah abrite le palais royal, construit au début du XXe siècle en tant que résidence d'été du Khediva Abbas et du roi Farouk. Structurellement, le palais se compose de plusieurs bâtiments, le plus grand destiné aux hommes, le plus petit aux femmes. L'architecture du Grand Palais de Montaz combine avec succès les styles turc et florentin. Tous les bâtiments du complexe du palais se distinguent par une richesse de décoration intérieure et de luxe. Le palais et le parc de Montazah constituent l'achèvement de la promenade d'Alexandrie longue de 32 km sur laquelle se trouvent les principales attractions de la ville. Actuellement, le Grand Palais sert à recevoir des invités officiels et les touristes ne sont pas autorisés à entrer.

Fort Kite Bay, qui est l’une des principales attractions de la ville, se trouve à la pointe nord de la crique orientale d’Alexandrie. Il a été construit au XVe siècle sur le site de l'une des sept merveilles du monde.

Fort Kite Bay est aujourd'hui une puissante structure défensive construite sur le site du phare de Faros au-dessus du port oriental. Le fort a été construit pendant le règne du sultan de Kite Bay pour protéger l’entrée de la mer vers la baie orientale. Les matériaux de base pour la construction des murs et des tours de la forteresse étaient des blocs de calcaire laissés par le phare effondré. Depuis le phare, seule la base du phare est préservée, elle est entièrement intégrée à la forteresse médiévale. À l’intérieur du fort se trouve un musée historique, ainsi qu’un petit musée de biologie marine. En face du fort se trouvent les aquariums du musée hydrobiologique. Kite Bay est la base actuelle de la flotte égyptienne.

Lac royal

Le lac Royal est considéré comme l'une des valeurs historiques les plus importantes depuis l'ère des pharaons. En fait, il s'agit d'un réservoir créé artificiellement, un réservoir construit en cas de sécheresse.

Royal Lake est un excellent exemple du haut niveau de technologie agricole de l’Égypte ancienne.

La date de construction du réservoir remonte à l'époque de la construction de la pyramide d'Amenhotep (1351 av. J.-C.). La valeur historique du lac est également confirmée par le fait que depuis 1979, il a été déclaré par l'UNESCO comme zone spécialement protégée. Néanmoins, le lac fait aujourd'hui face à une menace d'extinction, à la suite de laquelle un programme de nettoyage du réservoir et de restauration des mécanismes du réservoir a été adopté en 2009.

Pont Stanley à Alexandrie

Le pont Stanley à Alexandrie est situé dans le quartier éponyme, près du centre-ville. Stanley Beach se trouve à proximité immédiate du pont, sur la partie principale de laquelle se trouve une terrasse à deux niveaux. Sur trois niveaux de la plage, vous pouvez profiter d'une vue imprenable sur le pont, particulièrement belle la nuit, encadrée par un éclairage spécial.

Un pont de 400 mètres de long est devenu l'un des symboles non seulement de la région environnante, mais de toute la ville antique et mystérieuse. C'est l'un des endroits qui forment l'atmosphère unique d'Alexandrie moderne. Les tours sont la décoration principale du pont, ce qui confère au bâtiment une monumentalité et met en valeur l’architecture des bâtiments voisins.

Vous pouvez faire une promenade le long du pont et admirer la vue sur la ville nocturne baignée de lumière. Dans la zone côtière, il y a de nombreux petits cafés donnant sur le pont et la baie.

Êtes-vous curieux de savoir si vous connaissez bien Alexandrie?

Institut national d'océanographie et de la pêche

L’Institut national d’océanographie et de la pêche est situé dans la ville égyptienne d’Alexandrie. L'Institut est l'un des douze instituts de recherche nationaux affiliés au ministère de la Recherche scientifique de l'État égyptien.

L'institution a été créée en 1924 en tant qu'Institut Hydrobiologique et était située dans la région d'Alexandrie, El Shatbi. En 1931, l’Institut hydrobiologique a été rebaptisé Institut d’hydrobiologie d’Alexandrie et a été transféré dans un nouveau bâtiment dans le port est d’Alexandrie, où il se trouve encore aujourd’hui.

Les attractions les plus populaires à Alexandrie avec des descriptions et des photos pour tous les goûts. Choisissez les meilleurs endroits pour visiter des lieux célèbres d'Alexandrie sur notre site Web.

Principales attractions (155)

Le temple de la reine Hatchepsout est une attraction ancienne située dans le désert près de Thèbes, ou plutôt à Deir El-Bahri. Le temple a été découvert lors des fouilles du XIXe siècle, parallèlement à la découverte de plusieurs autres temples commémoratifs.

Le palais de Montazah est un complexe de bâtiments et de jardins dans le quartier de Montazah à Alexandrie. Il a été construit à l'est du centre-ville, sur un plateau bas surplombant la plage et la mer Méditerranée. Le palais de Salamlik, relativement petit, a été le premier à être créé.

Le mont Sinaï, également appelé mont Moïse, le mont Horeb, situé dans la partie sud de la péninsule du Sinaï. Selon les textes de l'Ancien Testament, sur le mont Sinaï, le Seigneur a donné la loi à Moïse, qui consiste en dix commandements.

Le parc national de Nabq est le plus grand parc national de la péninsule du Sinaï. Il est situé entre les villes de Sharm El Sheikh et Dahab. Près de la côte, vous pouvez voir l'île de Tiran. Aujourd'hui, le parc national de Nabq fait partie de la réserve nationale de Ras Mohammed, où il est entré en 1992.

L'île de Tiran attire de nombreux touristes chaque année et constitue une carte de visite unique de l'Égypte. L'île est située entre l'Egypte et l'Arabie Saoudite, à l'embouchure du golfe d'Aqaba. Tiran est situé à côté de la ville balnéaire de Charm el-Cheikh et appartient à la République d'Égypte.

La bibliothèque d'Alexandrie a été construite en 2002 près du port dans le centre-ville antique. Le bâtiment de 11 étages contient plus de 4 millions d'exemplaires de livres. À l'avenir, sa superficie pourra être étendue à 8 millions grâce à un stockage compact.

Les grandes pyramides sont les monuments les plus célèbres en Egypte. Ils ont été construits dans le 26-23 siècle avant JC et sont situés à la périphérie du Caire sur la rive gauche du Nil, sur le plateau de Giza. Ce sont trois pyramides - Cheops, Chefren et Mykerin.

Le célèbre temple de Karnak est l’une des structures les plus magnifiques et les plus étonnantes de l’Égypte ancienne, conservée à ce jour. Ce temple, situé sur la rive droite du Nil, a été construit en l'honneur de la triade thébaine: Amon-Ra, son épouse Mut et leur fils Khonsou.

Le temple de Louxor est une magnifique structure architecturale de l'Egypte ancienne, frappant non seulement par sa grandeur de construction et de taille, mais aussi par l'élégance de ses colonnades, son harmonie et la perfection de ses formes.

Les archéologues pensent que les catacombes de Kom-El-Shukaf ont commencé à devenir une nécropole au 2ème siècle avant notre ère. et a continué à utiliser pendant 200 ans. Cette période de l'histoire d'Alexandrie est caractérisée par un mélange de différentes cultures.

La mosquée d'Abdulhasan Elshazi est située dans la partie nord de la ville et est la principale mosquée en activité, non seulement à Hurghada, mais aussi dans les localités environnantes. C'est pourquoi on l'appelle souvent la "centrale".

Ras Muhammad est le parc national le plus célèbre d'Egypte et l'un des sites de plongée les plus célèbres au monde. Cette réserve est située entre les riches récifs coralliens de la mer Rouge, pénètre profondément dans le désert du Sinaï et couvre un cap de corail à l'extrémité sud de la péninsule du Sinaï.

Dolphinarium, situé dans la ville égyptienne de Sharm El Sheikh, dans la région de Hadaba, à l'intersection de deux rues Sharm El Isee Street et City Council Street, l'institution culturelle et de divertissement la plus populaire de la ville.

Le parc aquatique Sinbad est un immense complexe de divertissement au style tropical, situé dans le centre d’Hurghada. Il fait partie du Sindbad Aqua Park Resort, appartenant à la chaîne hôtelière Sindbad Club.

L'ensemble de la Madrasah Mosquée-Sultan Hassan est l'un des monuments les plus célèbres de l'art mamelouk. Le fondateur de ce monument gigantesque est le fils du grand sultan mamelouk, Al-Nasser Mohamed ibn Kalawoun.

L'église copte d'Hurghada est un temple actif et l'une des principales attractions de la ville. Le temple copte a été érigé en 1922 par des employés anglais de sociétés pétrolières pour le culte.

Le musée gréco-romain a été fondé en 1892. Les premières collections ont été placées dans un appartement de cinq pièces, dans un petit immeuble de la rue Rosetta (renommé plus tard avenue Kanope, aujourd'hui Horria). En 1895, l'assemblée fut transférée dans un autre bâtiment situé près de la rue Gamal Abdel Nasser.

Les carrières de granit sont situées au sud-est de la ville d’Assouan, sur la rive droite du Nil, et couvrent une superficie d’environ 20 kilomètres carrés. Le granite pyramidal a probablement été extrait dans la partie nord. Pour la construction des tombes, les anciens Égyptiens utilisaient uniquement des pierres de construction en excellent état.

Le musée égyptien du Caire est l’un des principaux dépositaires du patrimoine historique de l’Égypte. Il est très prisé des touristes en raison de son ampleur et de son nombre impressionnant d’expositions, qui dépasse cent vingt mille unités.

La mosquée Al-Azhar est connue comme la célèbre université religieuse du Caire, où tout le monde s'intéresse à l'étude du Coran, de la langue et de la littérature arabes et de diverses disciplines religieuses. La mosquée a été érigée par le célèbre commandant militaire Dzhokhar en 969-972 en même temps que la construction de la ville elle-même et était la principale mosquée de l'État.

Monuments d'Alexandrie

Alexandrie, avec Rome et Athènes, était l'une des villes les plus magnifiques et les plus importantes du monde antique. Mais, contrairement aux capitales susmentionnées, relativement peu de pièces ou d'objets de cette époque y sont préservés. Cela s'explique en partie par les fréquentes opérations militaires et les tremblements de terre qui ont eu lieu tout au long de l'histoire de la ville, ainsi que par une construction pas tout à fait délibérée aux XIXe et XXe siècles. Par conséquent, pour apprécier pleinement la beauté de cette perle de la Méditerranée orientale, vous devez imaginer à quoi ressemblait Alexandrie à l’époque des Ptolémées et de l’Empire romain.

Curiosités de la ville

Au tournant de notre époque, environ 1 million de personnes vivaient à Alexandrie. La ville antique de 5,5 km sur 1,7 km était entourée d’un puissant mur de forteresse. Alexandrie antique conditionnellement a été divisée en plusieurs parties. Le quartier royal ou grec (aussi connu sous le nom de Bruchius ou Bruheum), qui était la partie la plus magnifique de la ville, consistait en un réseau de rues parallèles, sous chacune desquelles un canal était aménagé. Les rues principales de Kanopik et de Soma, de 60 mètres de large chacune, encadrées par des colonnades, se croisent dans le centre-ville près du mausolée d’Alexandre le Grand (Kanopik va d’ouest en est, de la porte de la lune à la porte du soleil, et de Soma - du sud au nord, de Lake Port au palais )

Ces rues divisaient la ville en quartiers Alpha (nord-ouest), Delta (nord-est), Epsilon (sud-est) et Gamma ou Rakotis (sud-ouest). Les bâtiments les plus grandioses et les plus importants du quartier des tsars étaient situés dans la partie côtière d’Alexandrie (quartier Alpha ou Forum), le long de ports protégés de la mer par l’île de Faros et le cap Lochias.

Dans la partie orientale du Grand Port, au cap Lochias, se trouvait le complexe de palais ptolémaïque ou l’Acropole macédonienne, enfouie dans la verdure des jardins. Il était entouré du temple d'Isis, de l'arsenal et de la caserne macédonienne. En raison des tremblements de terre et de l'affaissement du littoral, le complexe, ainsi que d'autres bâtiments, le port royal et l'île voisine d'Antirodos, où se trouvait la résidence de la reine Cléopâtre, ont été presque complètement submergés.

Plus à l'ouest, le long du port et de la promenade, se trouvait le temple de Poséidon ou Neptune, construit par Mark Anthony Timonium, le grand théâtre d'Emporium, où des transactions commerciales et financières et des quais étaient réalisés. Derrière l'Emporium se trouvait le Grand Césarium, où se trouvaient deux gros obélisques appelés «aiguilles de Cléopâtre» (l'un d'entre eux est maintenant installé sur la digue de la Tamise à Londres, l'autre à Central Park à New York).

Le quartier judéen, situé dans la partie nord-est de la ville, bordait le palais royal et les portes du Soleil, derrière lequel se trouvaient un hippodrome et un columbarium (le quartier était traditionnellement considéré comme le centre commercial, financier et artisanal d’Alexandrie, et la synagogue qui y dominait était le centre religieux des Juifs locaux). Même avant la fondation d'Alexandrie en tant que village, Rakotis occupait la partie sud-ouest de la ville (la vieille ville) et était habitée principalement par les Égyptiens. Ici se trouvaient le temple de Serapeum et le stade. Depuis le nord, Rakotis s’appuyait sur le port d’Evnos (Vieux-Port), et à l’ouest, il se limitait à une vaste zone comprenant les Portes de la Lune et une immense nécropole.

Sur l'île de Faros, un phare célèbre dans le monde antique, surmonté d'une statue de Poséidon de 7 mètres, ainsi que des ensembles de temples d'Isis et de Poséidon. Caché à Ptolémée Ier et achevé en 283 av. de son fils Ptolémée II, le phare d'Alexandrie était considéré comme l'une des sept merveilles du monde et servait de prototype à tous les phares œcuméniques qui ont suivi. L'île de Faros était reliée au continent par la jetée de Heptastadion, longue de 1260 mètres et large de 200 mètres environ, aux extrémités de laquelle des forteresses ont été construites (le nom de la jetée est traduit par «sept stades» et provient de l'unité grecque de longueur «stade» égale à 180 mètres).

Le Grand Port (à présent le Port Est peu profond), où étaient basés des navires militaires et tsaristes, bruissait à partir de l’est du quai et de l’ouest, principalement du port de commerce et de pêche d’Evnos ou d’Evnostus (maintenant à sa place les postes à quai considérablement élargis du port moderne). À l'embouchure du canal du Nil, près du début de la jetée d'Heptastadion, le port de Kibotus était équipé, et dans la partie sud de la ville, sur le lac peu profond, le Maryut (Mareotida), se trouvait un autre port de commerce, appelé le port du lac.

Curiosités de la ville

Le quartier de Ras al-Tin (Ras et-Tin) est situé sur le site de la légendaire île de Faros. Peu à peu, le limon, qui entrait dans les baies d’Alexandrie, engloutit l’ancienne jetée d’Heptastadion et forma un isthme entre l’île et le continent (le terrain nouvellement formé occupe maintenant le quartier d’Anfushi). Fort El Adda est situé le long de la côte nord du quartier de Ras al-Tin, sous les murs d'un marché aux poissons bruyant et de l'immense palais de Ras al-Tin (entre eux se trouve la célèbre plage éponyme).

La construction du palais Ras al-Tin a commencé en 1834 sur ordre de Muhammad Ali et a été achevée en 1845 (extension des ailes et travaux de finition supplémentaires poursuivis jusqu'en 1847, année de l'ouverture officielle du palais). Construit dans le style de la Renaissance italienne et entouré d'un jardin, le palais tire son nom des figuiers locaux (en arabe, «fer-blanc»). Dans les années 1920, à la demande du roi Ahmed Fouad I et sous la direction d'ingénieurs italiens, Ras al-Tin fut complètement reconstruit.

Sous les derniers représentants de la dynastie Muhammad Ali, le palais de Ras al-Tin servit non seulement de résidence royale, mais également de lieu de rencontre du gouvernement l'été. Après la Seconde Guerre mondiale, le roi Farouk Ier construisit même un bassin maritime sur la digue du palais, mais en 1952, il fut contraint d'abdiquer et de s'exiler. Maintenant, le palais, appartenant aux forces navales égyptiennes, est utilisé comme résidence présidentielle ou pour recevoir des invités d'honneur. À côté, la nécropole Anfushi de l'époque ptolémaïque (IIIe à IIe siècles av. J.-C.), ouverte en 1901, consiste en plusieurs tombes peintes dans un style mixte égypto-grec.

À la pointe est de Foros, à l'entrée du petit port est, se trouve la forteresse médiévale de Kite Bay, l'aquarium d'Alexandrie construit en 1930 avec l'Institut de recherche marine et le club de yacht local. À partir du IIIème siècle avant JC e. le célèbre phare d’Alexandrie s’élevait à cet endroit, qui s’est effondré à la suite de plusieurs puissants tremblements de terre et autres cataclysmes. La première restauration du phare a été entreprise au 9ème siècle pendant la dynastie des Tulunid, mais après un nouveau tremblement de terre survenu au 11ème siècle, une mosquée a été construite sur les vestiges de la tour. Elle s'est complètement effondrée à la suite d'un autre tremblement de terre au 14ème siècle.

En 1477, le sultan mamelouk Al-Ashraf Saif al-Din Kite Bay établit une forteresse à la place des ruines du phare, conçu pour défendre les frontières nord de l'Égypte contre les Turcs, ainsi qu'une mosquée à l'intérieur. Au début du XVIe siècle, le sultan Al-Ashraf Kansouh al-Gauri achève les puissants murs. Également dans la citadelle était équipée une prison pour des personnalités importantes, plus tard la garnison turque s'est installée ici En 1798, les Français occupèrent la forteresse de Kite Bay. Après leur départ, celle-ci fut rénovée sur ordre de Muhammad Ali Pacha. En 1882, lors du bombardement d’Alexandrie par les Britanniques, la citadelle fut sévèrement détruite. Les côtés nord et ouest furent particulièrement touchés. En 1904, les militaires effectuèrent des travaux de restauration dans la partie supérieure de la forteresse. Le roi d'Égypte Farouk Ier tenta de la transformer en l'une de leurs résidences. Après la révolution de 1952, la citadelle fut transformée en musée de la marine (en 1984, d'importants travaux de restauration furent effectués).

De nos jours, dans la forteresse de Kite Bay, vous pouvez voir les murs extérieurs et intérieurs, un grand terrain de parade et un magnifique jardin, des canons du Khédive Ismail (seconde moitié du XIXe siècle). Près de l'entrée principale se trouve une ancienne mosquée, au troisième étage de laquelle est entreposé le trône du sultan. Dans la partie inférieure de la tour principale, située dans la partie nord-est de la forteresse, des citernes à eau et une prison étaient aménagées. Souvent au pied du fort, dans la partie inférieure de la maçonnerie et dans les passages souterrains, il reste de gros blocs ou colonnes de granit rouge laissés par le phare. L’opéra local organise des spectacles en plein air dans le jardin du château intérieur. Une vue magnifique sur la mer, le port et la ville s'ouvre des murs de la forteresse, et un marché de souvenirs coloré bruine sur la promenade.

Le vieux quartier des commerces et de l'artisanat d'Anfushi est pris en sandwich entre les ports est et ouest (à l'ouest, une gare maritime moderne pour les passagers, à l'est - un chantier naval et des plages s'étendant le long de la promenade). Le quartier regorge de restaurants, de boutiques, de demeures historiques et de mosquées, parmi lesquels se distingue la plus belle et célèbre mosquée de la ville - Abu al-Abbas al-Mursi (ou Al-Mursi Abul Abbas), construite sur la tombe du très respecté Soufi, qui a vécu au 13ème siècle.

En 1307, avec l'argent du riche négociant alexandrin El Cattan, un dôme au-dessus de la tombe et une petite mosquée avec un minaret ont été construits, ce qui est devenu un lieu de pèlerinage vénéré pour de nombreux musulmans du Maghreb qui ont voyagé pendant le hajj en passant par Alexandrie jusqu'à La Mecque. Après une réparation peu réussie effectuée en 1477, le souverain local El-Zahri refit la mosquée et construisit son tombeau près du tombeau des Soufis. Une autre reconstruction a été effectuée en 1596 par El-Khurzemi, qui n'a pas résisté à la tentation de construire sa propre tombe dans le complexe.

En 1775, Al-Maghribi a commencé la construction d'une nouvelle mosquée, mais après un siècle, son état était si déplorable que le constructeur bien connu d'Al-Kahahni dans la ville a été contraint de procéder à de nouvelles réparations majeures, tout en démolissant les maisons délabrées entourant le complexe. Sous le roi Farouk Ier, qui cherchait à faire d'Alexandrie une perle de la Méditerranée, une grande surface carrée fut construite autour de la mosquée El Mursi Abul Abbas et cinq autres mosquées furent reconstruites ou construites autour d'elle, notamment al-Busiri (ou Busseiri) et Sidi Yakut al. -Arch.

Dans le cadre de cette mise à jour, la mosquée Mursi Abul Abbas a été reconstruite une nouvelle fois, mais à présent dans le style arabe, très en vogue sous la dynastie Ayyubide, lorsque le soufi Abou al-Abbas est arrivé d'Espagne à Alexandrie. En outre, la tombe du saint a pris sa forme initiale et la construction n’a finalement été achevée qu’en 1943.

Les murs de la mosquée ont une hauteur de 23 mètres. Composé de quatre sections, le minaret de style ayyubide s’élève au sud de 73 mètres. La mosquée a deux entrées principales donnant sur la place - le nord et l’est, auxquelles mènent des escaliers de granit. À l'intérieur des murs sont décorés de mosaïques, et l'arc est soutenu par 16 colonnes monolithiques octogonales de granit italien de 8,6 mètres de haut. Au centre du plafond recouvert d'arabesques à haute altitude se trouvent des vitraux colorés. Le dôme principal est entouré de quatre plus petits dômes installés au-dessus des tombes du complexe.

Les dômes et le minaret sont habilement décorés avec des ornements délicats. Les sols de la mosquée sont en marbre blanc magnifique, et les portes sculptées uniques, les fenêtres et le minbar (chaise musulmane) sont en bois. La partie intérieure du dôme au-dessus du minbar est encadrée de versets en or du Coran, et le mihrab en granit (colonnes dans le mur indiquant la qibla, c'est-à-dire la direction dans laquelle se trouve la Mecque) est indiqué à la base du minaret.

Depuis la forteresse de Kite Bay sur des dizaines de kilomètres le long du port oriental, en passant devant la bibliothèque moderne Alexandrin et jusqu'au palais de Montaz, se trouve une rue bruyante le 26 juillet, mieux connue sous le nom de quai Corniche (conçu en 1870 par l'architecte italo-égyptien Pietro Avoskani). Il y a toujours plein de voitures, d’autobus et de motos et, dans les maisons faisant face au port, se trouvent des restaurants, des cafés et des boutiques de souvenirs. Près de la station de tram principale Ramlech était le célèbre Théâtre Bolchoï, dans lequel Gaius Julius Caesar en 48 av. e. assiégé par une foule de partisans de Ptolémée XIII.

Le quartier de Ramleh (al-Raml ou Manshiah), considéré comme le centre commercial et commercial d'Alexandrie, abrite les hôtels à la mode Windsor, Sofitel Cecile, Le Metropol et Semiramis, le long de la promenade, dans les bâtiments historiques des XVIIIe et XXe siècles. la grande époque dans cette région était le Grand Césarium). Il y a deux cathédrales ici: Saint-Marc copte et grec Saint-Sava, plusieurs églises et mosquées, ainsi que la synagogue Eliyahu Hanavi, Université privée Senor, ouverte par les Français en 1990, l'école de Schutz fondée par les Américains en 1924 et le Manar, fondée par les Écossais en 1925.

La cathédrale Saint-Marc a été construite sur le site de l'église, selon la légende, établie en 60 par l'apôtre lui-même. En 641, l'ancienne église fut détruite par les Arabes et en 680, elle fut restaurée par les efforts du patriarche copte Jean III. En 828, les vénitiens volèrent les reliques de Saint-Marc à l'église, mais le chef de l'apôtre resta à Alexandrie. En 1219, pendant les croisades, l'église fut à nouveau détruite mais elle fut bientôt reconstruite.

En 1798, l'église Saint-Marc a été gravement endommagée lors de l'invasion française d'Égypte. En 1819, elle a été restaurée et ouverte par le patriarche Pierre VIII et reconstruite en 1870 par le patriarche Démétrius II. En 1950-1952, sous le patriarche Yusab II, l'église fut complètement démolie et une autre plus grande fut construite à sa place, tout en conservant des éléments anciens (clochers, colonnes en marbre et icônes). En 1985-1990, sous le patriarche Shenoud III, la cathédrale fut considérablement agrandie du côté ouest.

En général, le centre d'Alexandrie est considéré comme le territoire compris entre la gare principale de Misr au sud, la place Orabi à l'ouest et la bibliothèque d'Alexandrin à l'est. L'architecture européenne de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle prévaut ici. On y trouve de magnifiques hôtels particuliers, des immeubles d'habitation et des hôtels de style colonial. La place centrale de Saad Zaglul et la place adjacente Ramlech et le quai de la Corniche sont construits avec des bâtiments aristocratiques abritant des hôtels, des restaurants et des cafés. Un monument au soldat inconnu est érigé sur la place Orabi, sur la place Tahrir (Liberté) voisine, entourée des bâtiments de la Bourse, du ministère de la Justice et de la cathédrale Saint-Marc, où est érigée une statue équestre de Muhammad Ali du sculpteur français Henri Alfred Jacquard (seconde moitié du XIXe siècle).

Les magasins, les bureaux de change, les cafés et les cinémas sont concentrés dans les rues parallèles à la promenade et à la ligne de tramway de la place Orabi à la place Saad Zaglul (y compris la rue Saad Zaglul), de la place Tahrir à l'amphithéâtre et à la gare Misr (parallèle aux rues Salah Salem et Ahmed Orabi) ainsi que de la gare de Misr à la place Saad Zaglul (y compris la rue Nabi Daniel). Les quartiers de l'animé bazar central d'Alexandrie s'étendent dans les rues allant de la place Orabi au nord, jusque dans le quartier d'Anfushi.

Dans le quartier de Kom al-Dikka, près de la mosquée Nabi Daniel (XIIIe siècle) et de la statue équestre moderne d'Alexandre le Grand, il y a des ruines de l'amphithéâtre romain des IIe-IVe siècles, des fortifications et des thermes de la même époque, ainsi que les vestiges d'un quartier résidentiel de l'époque ptolémaïque. L'amphithéâtre a été découvert dans les années 60 du XXe siècle par des archéologues polonais sur le site des ruines du fort napoléonien. Sur 12 de ses rangées, en marbre clair (une seule première rangée, destinée aux personnalités importantes, est encadrée de granit rouge), il était possible de localiser 800 spectateurs simultanément et la scène conservait une partie du revêtement en mosaïque.

L'amphithéâtre a souffert de tremblements de terre à plusieurs reprises et a été reconstruit. Désormais, de nombreuses colonnes et chapiteaux y sont dispersés, ainsi que des fragments du toit qui s'est effondré au VIème siècle. Près de l'amphithéâtre se trouvent des salles de conférence conservées avec des élévations pour les orateurs et un sol en mosaïque unique de la villa du IIème siècle, qui représente de nombreux oiseaux différents. Des dizaines d'objets façonnés au bas du port oriental sont exposés le long du périmètre de la zone clôturée, y compris d'énormes blocs du phare d'Alexandrie, des statues uniques et des sphinx de l'époque des Pharaons et des Ptolémées.

Près de cet endroit, dans l'ancienne Alexandrie, se croisaient les rues principales de la ville et abritaient les mausolées d'Alexandre le Grand et des Ptolémées. La ligne est-ouest de l'ancienne ville longeait la rue moderne El Hurria ou Gamal Abdel Nasser (anciennement Boulevard Rosetta, l'avenue Kanob et la rue King Fuad). Ses traces ont été découvertes à la fin du XIXe siècle par une expédition archéologique allemande près de la porte de Rosette et à l'extérieur de l'ancienne muraille orientale. . Sur la même ligne se trouvaient l'ancien gymnase et la palestra, le temple de Saturne, ainsi que le musée d'Alexandrie avec une bibliothèque et un théâtre.

Au sud de la rue Al-Hurriya se trouvent la gare principale de Misr (Le Caire), le stade d’Alexandrie et le musée des Beaux-Arts, au nord le musée gréco-romain et le musée du poète grec Konstantinos Kavafis. À côté du musée gréco-romain, entre les rues Al-Hurriya et Salah Mustafa, se trouve le quartier Bab-Sharq, constitué d'anciennes maisons et de manoirs abritant des consulats de puissances étrangères et de centres culturels (notamment américains et russes).

Le musée gréco-romain a été inauguré à la fin du XIXe siècle dans une petite salle du boulevard Rosetta à l'initiative de l'archéologue italien Giuseppe Botti et avec le soutien de l'Egyptien Khédive Abbas II Hilmi. Dans les années 80 du XXe siècle, le musée a été transféré dans l'actuel bâtiment néoclassique plus spacieux à colonnes, entouré d'un magnifique jardin. Ici, dans 27 salles, de nombreuses expositions uniques sont exposées, couvrant la période du 4ème siècle avant JC. e. au 4ème siècle après JC e., y compris des momies, des fragments de sanctuaires et des tombes, des statues, des sarcophages, des peintures murales, des mosaïques, des vases, des bustes, des bijoux, des papyrus et des pièces de monnaie.

Fin 2003, le Musée national d'Alexandrie a ouvert ses portes dans la rue Al-Hurriya. Il occupe un palais à l'italienne magnifiquement restauré, construit en 1926 par le plus riche marchand de bois al-Saad Bassili Pacha. La plupart des pièces du musée ont été empruntées à d'autres collections, dont certaines sont dues à des fouilles archéologiques menées à Alexandrie même. Les momies des pharaons et les objets de l'histoire de l'Égypte ancienne, y compris les statues, les papyrus et les objets d'écriture, sont rassemblés au rez-de-chaussée. Le deuxième étage a été consacré aux artefacts de la période gréco-romaine, notamment des statues et des pièces de monnaie soulevées du fond de la mer. Le troisième étage abrite des expositions des époques byzantine, arabe et moderne (tissus et mosaïques coptes, tapis arabes, vases, verreries, sculptures en bois et lanternes, articles ménagers et portraits des XIXe et XXe siècles).

Le long de la rue Sheriff, allant de la gare de Misr au cimetière, les bâtiments des ateliers de production et des ateliers construits à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle ont survécu. Dans le quartier de Karmus (Karmuz), sur une colline près du cimetière musulman et du canal de Mahmoudia, s'élève la «colonne de Pompée» de 27 mètres. Cela s'appelait donc les Croisés qui s'emparèrent de la ville, bien que la colonne n'ait rien à voir avec Pompée le Grand et fut érigée à la fin du IIIe siècle en l'honneur de la prise d'Alexandrie par Dioclétien. Le monolithe de granit rouge d’Assouan pesant près de 300 tonnes est la plus grande colonne de triomphe construite par les Romains en dehors des capitales impériales, Rome et Constantinople.

Ici, à l’époque antique, se trouvait le Serapeum, construit pendant Ptolémée III, le plus grand et le plus magnifique temple de la ville, détruit par les chrétiens en 392 (un autre Serapeum se situait dans la ville voisine de Kanoba, c’était le centre religieux le plus important des Ptolémées et de l’Égypte romaine. dans tout l'empire romain). Aujourd’hui, les fondations des édifices romains, plusieurs sphinx, des colonnes plus petites et des sculptures en pierre de l’époque égyptienne et des périodes grecques antiques sont disséminées autour de la colonne de Pompée, et les vestiges du Serapeum sont visibles dans les donjons (une partie du temple de Sérapis est conservée).

Les catacombes de Kom el Shukaf situées près de la colonne de Pompée sont une nécropole antique à plusieurs niveaux, composée d'un labyrinthe de tunnels, d'escaliers et de halls avec des tombes. Les sites archéologiques trouvés ici, y compris les sarcophages, les colonnes et les statues, ont un style mixte égypto-gréco-romain et remontent aux IIe et IVe siècles. L'effondrement accidentel de la voûte en septembre 1900 a rouvert l'accès aux catacombes abandonnées depuis longtemps, après quoi des fouilles archéologiques à grande échelle, des travaux de restauration et le pompage de l'eau des niveaux inférieurs inondés ont été réalisés. Ce n’est qu’en 1995 que les catacombes ont été ouvertes au public.

Initialement, ils étaient destinés à une famille païenne riche, puis ils se sont développés en centaines d'enterrements et ont peut-être même été utilisés par les premiers chrétiens. Le réfectoire “Triclinium”, utilisé par les proches du défunt pour les cérémonies d'adieu, et le “Caracalla Hall”, où de nombreuses personnes et animaux tués par l'ordre de ce cruel empereur romain, sont particulièrement impressionnants à Kom el Shukafa. En arabe, les catacombes sont appelées Ra-Kedil, ce qui signifie "un tas de fragments" ou "un tas de fragments" (conformément aux coutumes anciennes, il n'était pas accepté de prendre des plats après les rites funéraires, de sorte que le sol de toute la nécropole était semé de fragments). La tombe de Tigrane se trouve dans un bâtiment séparé à la surface du bâtiment.

Le quartier de Shatbi ou al-Shatby à partir du cap Es Silsilah est très intéressant (le jardin et le fort du même nom occupent le territoire, connu autrefois sous le nom de cap Lohias). Voici la bibliothèque Alexandrina, l'université d'Alexandrie fondée en 1938, le lycée d'Al-Khorreya, fondé par les Français en 1909, le collège catholique de Saint-Marc, fondé par les Français en 1928, l'école El Nasr pour garçons, fondée par les Britanniques en 1929, l'école Saint-Nenets Jeanne-Antides, fondée par les Français en 1934, le Collège El Nasr pour les femmes, créé par les Britanniques en 1935, et le magnifique jardin de Shallalat, dans lequel, entre palmiers et étangs, une tour miraculeusement préservée et une partie de l'enceinte de la ville d'Alexandrie de l'époque arabe avec restes Maçonnerie romaine.

La construction de la bibliothèque Alexandrina a commencé en 1995 et a été ouverte aux visiteurs en 2002. Bordée de granit, une immense salle de lecture, située sous une verrière, s’efface jusqu’à la mer (la plupart des livres de la collection sont en arabe, en français et en anglais). Dans la partie souterraine de la bibliothèque, vous trouverez un musée des antiquités, des expositions permanentes de livres rares, des arts populaires contemporains et arabes, ainsi qu'un laboratoire pour la restauration de manuscrits. À l'entrée de la bibliothèque, entourée par la surface bleue des bassins et par la verdure des jardins publics, se trouve une statue du roi Ptolémée II de 12 mètres, dressée par les archéologues du fond de la mer. Le complexe de bibliothèques comprend également une salle de conférence, un planétarium et le musée Sadat ouvert en 2009, où sont exposés des objets personnels, des portraits et des cadeaux reçus par le président.

Dans le quartier de Zizenia, se trouve le musée royal de la joaillerie, ouvert en 1986 dans l'ancien palais de la princesse Fatima Al-Zahra. Une vaste collection de magnifiques bijoux de la dynastie Muhammad Ali (XIX - XX siècle), ainsi que des peintures et sculptures du XIXe siècle sont exposés dans ses salles. Construit en 1919 dans un style néoclassique, ce palace luxueux mais confortable est entouré d'un magnifique jardin. Ses murs et ses plafonds sont décorés de magnifiques peintures illustrant diverses scènes et paysages historiques.

Dans le quartier à prédominance industrielle de Labban, situé près du port occidental (quartier d'al-Gumruk), il vaut la peine de visiter l'église et la clinique Sabaa Banat, l'église Sainte-Catherine, l'école allemande de San Carl Borromi, l'école française de Saint-Vincent de Paul et la place historique de Bolutan. La région occidentale d’Agami (Al-Agami) est le célèbre complexe méditerranéen d’Égypte proposant des villas et des hôtels privés. Depuis les années 50 du XXe siècle, il a commencé à devenir un lieu de repos pour l'élite égyptienne et les riches étrangers, mais il a conservé d'intéressants monuments anciens - plusieurs tours de guet ottomanes et le fort français, construit pendant l'occupation napoléonienne en Égypte. Grâce à ses magnifiques plages et à son public assez respectable, Al-Agami s'est taillé une réputation de "Saint-Tropez égyptien".

Dans le quartier d'Ibrahimiya, vous trouverez le célèbre et prestigieux "Alexandria Sports Club" ou "Sporting", ouvert en 1898. Aujourd'hui, il possède l'un des meilleurs clubs de golf de la ville, ainsi que deux piscines, des courts de tennis, des terrains de football et de basket-ball et un club équestre. À côté se trouve une intéressante église copte de St. Takla Gaimanota, construite en 1969 et rénovée en 2005. Toutes les peintures murales et les icônes de l'église ont été créées par le remarquable artiste égyptien Isaac Fanus. Dans le quartier de Sidi Gaber se trouvent le quartier général du district militaire du nord de l'armée égyptienne et une gare animée de trains et de trams qui abrite un musée assez informatif sur le transport ferroviaire.

Dans le quartier voisin de Smukha, le zoo d’Alexandria, ouvert en 1958, jouxte les jardins paysagers de Noosa et Antoniadis, ainsi que l’université privée de Faros et le Green Plaza Park, près duquel a été construit le centre commercial éponyme avec l’hôtel Hilton. Autour du magnifique palais d'Antoniadis, commandé par un riche grec local, des statues de marbre de voyageurs célèbres et d'anciens dieux sont installées dans le jardin. Cependant, malgré l'élitisme du lieu, tout l'espace autour du canal voisin de Mahmudiya est occupé par des bidonvilles pauvres.

Quatre tombeaux de l'époque ptolémaïque ont été conservés dans le quartier de Kamb-Sesar, près de Rushdi, et non loin d'eux se trouve le quartier de Kafr Abdu, riche et plongé dans la verdure. Il est connu pour le magnifique Allenby Park (ou parc olympique), ses villas chics et ses cafés agréables. De nombreuses demeures coloniales ont été démolies ces dernières années. À la place, par la volonté de spéculateurs et de développeurs avides, des bâtiments résidentiels à plusieurs étages se sont développés.

La célèbre plage Stanley attire les touristes avec un pont Stanley de 400 mètres jeté sur la baie. En 2006, dans le quartier luxueux de San Stefano, le complexe "San Stefano Grand Plaza" a été ouvert. Il comprend des appartements, l'hôtel Four Seasons, des bureaux, un centre commercial, des cinémas, une promenade et une plage privée avec restaurants, casino et port de plaisance. Dans le quartier de Victoria, ainsi nommé après la reine britannique, se trouve le prestigieux Victoria Private College, fondé par les Britanniques en 1902.

La région nord-est d'El Montazah (Montaza) comprend les quartiers de Sidi Bishr, d'Al-Asafra, d'Al Mandara, de Maamura et d'Abukir. Le célèbre palais de Montaz a été fondé en 1892 en tant que pavillon de chasse du dernier Khédive égyptien Abbas II Hilmi. En 1932, le roi Ahmed Fouad Ier construisit un plus grand palais d'été dans un style mixte italo-turc et aménagea les jardins, désormais appelés parc de Montaza. Le nouveau palais Al-Haramlik, utilisé jadis comme résidence de Sadate et de Moubarak, est maintenant attribué au musée de la dynastie Muhammad Ali et l'ancien palais de Salamlek a été transformé en hôtel.

Autour du parc public de Montaza, couvrant une superficie de plus de 60 hectares et regorgeant de parterres de fleurs, de pavillons et de ponts, ainsi que de magnifiques plages, vous découvrirez de riches villas égyptiennes et des hôtels de luxe. Des yachts de luxe appartenant à l'élite locale sont situés près de l'île d'El Ahlam. Dans le quartier balnéaire voisin de Maamura, également connu pour ses plages, ses hôtels et ses parcs, se trouve un nouveau palais présidentiel. Dans le quartier Abukir, construit sur le site du plus ancien port de Kanoba, se trouvent des ruines des périodes égyptienne et romaine, le monastère des saints Cyrus et Jean, une forteresse utilisée par Muhammad Ali comme prison et l'Académie arabe des sciences, des technologies et des transports maritimes. Au fond de la baie d'Abukir se trouvent les ruines récemment découvertes des anciennes villes égyptiennes de Kanob, Menutis et Heracles.

Kite Bay Fortress

La citadelle est célèbre pour avoir été construite sur l'île de Faros sur les ruines du phare d'Alexandrie (Faros), considéré dans l'Antiquité comme l'une des merveilles du monde. Un phare représentant un bâtiment grandiose 120 mètres, a été détruit par les tremblements de terre de 1303-1323. Selon des sources anciennes, un système inhabituel de miroirs reflétait les rayons du soleil et la lumière d’une lanterne à une distance de près de 56 km.

La forteresse qui se tient à sa place a été érigée en 1480 sous le sultan Al-Ashraf Saif al-Din Kait-Beye et porte son nom. À l'entrée de la forteresse se trouve une ancienne mosquée dans laquelle le trône du sultan est exposé au public.

Le fort a été transformé en musée de la marine, avec des expositions de l'époque de l'empire romain et des batailles napoléoniennes. Près de la place de rassemblement se trouve un beau jardin dans lequel l'opéra local donne des spectacles en plein air. Il y a un marché de souvenirs sur le quai près de la forteresse, et de ses murs et tours rondes une vue magnifique sur le port et Alexandria s'ouvre.

Colonne pompéienne

Ce monument d'histoire ancienne ferait partie de la colonnade de Serapeum, un temple érigé en l'honneur de l'empereur Dioclétien. La colonne de granit rouge date du IIIème siècle. BC et donne une idée de la grandeur des anciens édifices religieux.

La hauteur de la colonne artificielle atteint presque 27 mètreset le poids estimé du monolithe est de 285 tonnes. Près de lui se trouvaient des sphinx de pierre rapportés d'Héliopolis. L'ancienne échelle de détermination du niveau d'eau dans le Nil a été conservée ici.

Du temple du dieu Sérapis, vénéré dans la culture égyptienne et grecque antique, il ne reste que des ruines. Le bâtiment de la bibliothèque, jadis adjacent au temple, a également été détruit. Il conservait des copies de nombreux textes anciens, auxquels tout le monde avait accès.

Bibliothèque d'Alexandrie

Le bâtiment moderne a été construit sur le site de la célèbre bibliothèque d'Alexandrie, qui a souffert pendant le règne de Jules César. L'idée de restaurer l'une des plus anciennes bibliothèques du monde a été avancée par des représentants de l'Université d'Alexandrie et mise en œuvre avec succès par une entreprise de construction norvégienne.

Le projet grandiose de l'architecte autrichien C. Capelle a une portée incroyable. Le bâtiment ressemble à une immense allée avec un toit en verre incliné vers la mer Méditerranée. Les murs sont ornés d'inscriptions en 120 langues et d'un cadran solaire valide.

Le centre culturel comprend un référentiel de bibliothèques sur 8 millions de livres, laboratoire de restauration de manuscrits, planétarium, trois musées, une salle de conférence, quatre galeries d’art. Sur onze niveaux, sous le dôme transparent, se trouvent d'énormes salles de lecture. Ce bâtiment unique a été créé avec l’aide de l’ensemble de la communauté mondiale et est devenu un digne successeur de l’ancienne bibliothèque.

Musée gréco-romain

L'exposition du musée, fondée en 1891, présente plus de 40 mille pièces Art gréco-romain. De nombreuses statues, sarcophages, peintures, papyri, vases en céramique, figurines en terre cuite - voici une liste incomplète du riche patrimoine hellénistique.

Les visiteurs peuvent se familiariser avec une collection rare de pièces. Sur eux, vous pouvez voir l’image d’Alexandre le Grand et de rares gravures du profil de Cléopâtre. Dans une pièce séparée se trouve la momie d'un crocodile, symbole du dieu Sebek.

Musée des bijoux royaux

Une collection rare en valeur de peintures, de bijoux et de joyaux uniques appartenant aux souverains d'Égypte, exposée au Musée des bijoux. Les échecs dorés, une couronne en platine richement décorée de précieux inserts et des outils de jardin avec un motif en diamant sont particulièrement frappants. L'intérieur de l'ancien palais se caractérise par un luxe et une décoration murale inhabituelle.

Palais Montazi

Le complexe de palais a été créé comme résidence d'été pour la famille royale par Abbas Hilmi sur la place de 15 ha. Le palais, situé sur un rocher suspendu littéralement au-dessus de la mer, est entouré de terres de jardins artificiels et de pinèdes. Aujourd'hui, il est la résidence invité du président de la République d'Égypte.

Dans le parc, les anciens palais de Ras et-tin et de Muhammad Ali font office de musées où vous pourrez admirer des intérieurs luxueux. Dans le parc, à l'ombre des palmiers et des pins, les habitants d'une métropole bruyante aiment se rassembler pour des pique-niques et se détendre. Sur le rivage d'une petite baie, il y a une plage de sable et une petite île, à laquelle un beau pont est jeté. Les jardins du palais sont un lieu de repos préféré des citoyens et des invités d'Alexandrie.

Musée national d'Alexandrie

En visitant ce musée, un touriste comprendra facilement l’histoire complexe et centenaire de la ville. Les objets exposés sont soigneusement sélectionnés et structurés par ordre chronologique.

Le début de l'exposition montre des artefacts dédiés aux périodes de domination grecque et romaine. Il s'agit notamment de découvertes uniques, réalisées par des archéologues du fond de la mer Méditerranée. Voici le sphinx et les statues de la dynastie ptolémaïque.

Toute la salle raconte le règne des pharaons. L'exposition contient de nombreuses trouvailles de produits en céramique, d'images sculpturales en pierre.

La suite de l'exposition présente des objets liés à l'histoire moderne et à l'ère islamique de l'État égyptien. Ceci est une collection de bijoux, pièces de monnaie rares, armes. Le musée reflète des caractéristiques historiques et l’esprit particulier et plus laïc de la métropole, où des personnes de cultures et de cultures différentes ont coexisté pendant des siècles.

Catacombes de Kom al-Shawkaf

Un complexe funéraire unique a été découvert en 1900.Il est situé sur trois niveaux de labyrinthes de tombes et d'objets religieux fabriqués dans les styles égyptien et gréco-romain. Au centre se trouve la tombe principale avec les statues des dieux Anubis et Sobek, vêtues d'une armure romaine. Triclinium, lieu de sacrifice, se trouve dans la zone archéologique la plus proche. Le complexe est relié par un escalier en colimaçon. Les murs représentent des scènes d'enterrement selon la tradition chrétienne, mais le complexe est protégé par un dragon et une divinité à tête de chacal.

Mosquée Abou Al-Abbas

La ville est célèbre pour ses nombreux lieux de culte. La mosquée principale porte le nom de Saint Abou Abbas al Mursi. Le bâtiment a été reconstruit plusieurs fois. Son minaret s'élève au dessus de la ville de 75 mètres. Quatre énormes dômes, tous les murs de la mosquée sont décorés avec des sculptures habiles et des ornements incroyablement beaux.

Musée Hydrobiologique

Près de la forteresse de Kate Bay se trouve un musée d'habitants aquatiques et marins de la région méditerranéenne. Ici, sous la supervision de scientifiques dans de grands aquariums, vous découvrirez une faune diversifiée ou admirerez des poissons et des crustacés inhabituels. L'attention des biologistes s'étend aux habitants du Nil en eau douce. Le squelette d'une énorme baleine morte sur la côte, près d'Alexandrie, est très prisé des visiteurs.

Marché aux poissons d'Alexandrie

Un immense marché aux poissons est également intéressant pour les touristes. Vous devez venir ici tôt le matin pour ressentir l'énergie particulière de ce lieu polyphonique, où il n'y a pas d'observateurs indifférents. Tout le monde vend ou achète. Une grande ville absorbe les fruits de mer à une vitesse incroyable. Ici, ils peuvent apprécier les poissons vivants, capturés uniquement. Les achats sont effectués rapidement et se terminent presque au début de la journée de travail.

Opéra d'Alexandrie

L'Opéra d'Alexandrie est situé dans un bâtiment conçu par le français Georges Baroque. Sa découverte en 1921 fut une étape importante de la vie culturelle de la ville. Aujourd'hui, le théâtre porte le nom de Sayed Darwish, créateur de l'hymne national d'Égypte, et fait partie du célèbre opéra du Caire. Après des travaux de restauration en 2004, le bâtiment et ses intérieurs riches ont été inscrits sur la liste du patrimoine égyptien. Sur la scène sont les stars de l'opéra et de jeunes interprètes talentueux. Les invités de la ville seront intéressés à se familiariser avec l’art arabe original, à écouter des œuvres classiques interprétées par l’orchestre symphonique du théâtre.

Amphithéâtre romain

Il y a environ un demi-siècle, dans le district central de Kom al-Dik, des archéologues ont découvert un amphithéâtre romain, le seul bâtiment de ce type en Égypte. Au cours des fouilles, les scientifiques ont trouvé d’autres objets: vestiges d’anciens bains, salles de débats publics, bâtiments résidentiels.

L'amphithéâtre lui-même était le centre de la vie de l'ancienne colonie. Des réunions y ont été organisées, des cérémonies solennelles ont été célébrées et, bien sûr, des compétitions et des combats de gladiateurs ont été organisés. Le complexe muséal à ciel ouvert, en plus d’un théâtre avec 13 terrasses, compte de nombreux monuments sculpturaux qui racontent la période lointaine de l’histoire de la ville au début du premier millénaire.

Nécropole d'Anfushi

L'intérêt des archéologues pour les nombreuses sépultures sur le territoire d'Alexandrie n'est pas accidentel. En effet, selon la légende, le corps du fondateur de la ville, Alexandre le Grand, aurait été transporté après sa mort à Alexandrie et y serait enterré. Mais jusqu'à présent, le sarcophage avec les restes du grand commandant n'a pas été retrouvé. La nécropole d'Anfushi est située dans la région de Ras al-Tin, à côté du port oriental.

Le pont Stanley

La décoration de la bande côtière était un pont jeté à travers le détroit de Stanley Beach. Son architecture est constituée de quatre tours de style mauresque avec balcons et plateformes d'observation. L'immense pont de 400 mètres est un lieu prisé pour les promenades et les séances de photos des résidents et des touristes. C'est particulièrement bon la nuit, quand beaucoup de lumières sont allumées, l'éclairage spécial des tours et des plafonds de la structure monumentale.

Regarde la vidéo: 10 Best Places to Visit in Egypt - Travel Video (Octobre 2020).

Pin
Send
Share
Send